Des livres anciens en langues autochtones (1556-1900) dans les collections de BAnQ

par Jean-François Palomino
 cartothécaire-coordonnateur

et Isabelle Robitaille
 bibliothécaire
Direction générale de la Bibliothèque nationale

Il est désormais possible de consulter dans BAnQ numérique un ensemble de livres anciens rédigés en langues autochtones ou contenant des lexiques de ces langues. Inscrits depuis l’an dernier au Registre de la Mémoire du monde du Canada par la Commission canadienne de l’UNESCO, ces ouvrages contiennent des traces du patrimoine linguistique des premiers peuples ayant habité l’actuel territoire québécois. Ce texte vise à présenter brièvement les documents. Un autre article sur les défis relevés pour les rendre accessibles à tous sera publié prochainement.

Les ouvrages sont généralement de petit format, de reliure sobre, de composition typographique dépouillée, de papier fragile. S’ils sont dignes de mention, ce n’est pas tant pour leur apparence, mais plutôt pour la langue dans laquelle ils sont rédigés, soit l’une ou l’autre des nombreuses langues autochtones parlées sur le territoire québécois. Trois grandes familles linguistiques sont représentées dans ce corpus : des langues iroquoiennes (iroquois, huron-wendat, mohawk, onontagué), des langues algonquiennes (algonquin, abénaquis, cri, innu-montagnais, micmac, nipissing, ojibwé) et des langues inuites (inuktitut).

Typologie et usage

Jean-Baptiste de La Brosse, Akitami […], Québec, Brown et Gilmore, 1770.

Ces ouvrages sont précieux, car ils conservent des traces d’une culture essentiellement orale. Ils permettent de documenter l’histoire des relations et des communications entre les communautés autochtones et les communautés d’origine européenne qui ont séjourné ou qui se sont installées au Québec. Si on exclut quelques rares manuscrits dispersés sur le continent, ce sont les plus anciens ouvrages à renseigner sur le vocabulaire et la grammaire en usage par les différents peuples autochtones. L’ensemble comprend une variété de documents qui témoignent des échanges de connaissances linguistiques entre Européens et Autochtones, des ouvrages de base pour favoriser l’apprentissage d’une langue. Ce sont des abécédaires, des syllabaires, des grammaires, des dictionnaires, des lexiques, des livres de lecture et d’autres manuels.

Puisque les missionnaires sont parmi ceux qui se sont le plus investis dans ce type d’ouvrages, on trouve de nombreux livres pieux et des textes bibliques traduits pour favoriser l’évangélisation des peuples autochtones (catéchismes, livres de prières, bibles, histoires saintes, chants grégoriens, etc.).

Il n’est pas toujours clair si ces ouvrages étaient destinés aux Autochtones ou plutôt à ceux qui devaient travailler auprès d’eux. Un important travail reste donc à réaliser afin de documenter l’usage de ces précieux ouvrages.

Rédigés dans l’esprit du temps, ils ont sûrement permis à quelques Autochtones de s’approprier les bases de la culture écrite européenne tout en autorisant des échanges de toutes sortes grâce à l’usage d’une langue commune. Ces livres sont aussi les témoins ambigus d’un impérialisme culturel et idéologique sur lequel reposait la colonisation européenne. Les historiens pourront déterminer jusqu’à quel point ils ont été des instruments du colonialisme. Quelques indices laissent croire que certains documents furent publiés pour assurer la pérennité des langues autochtones concernées.

Des auteurs variés

Gabriel Sagard, Dictionnaire de la langue huronne dans Le grand voyage du pays des Hurons […], Paris, Denys Moreau, 1632.

Les ouvrages les plus anciens ne sont pas entièrement rédigés en langues autochtones, mais comprennent des lexiques consignés par des voyageurs (Jacques Cartier, Samuel de Champlain, Gabriel Sagard, le baron de Lahontan, etc.) qui ont souhaité communiquer avec les occupants du territoire. Ce sont surtout des missionnaires qui ont contribué à créer des œuvres en langues autochtones. Les récollets ont été les premiers à compiler des dictionnaires à leur arrivée en 1615, suivis des jésuites. Des membres des deux communautés religieuses ont publié aussi des lexiques en langue huronne-wendate : le récollet Gabriel Sagard incorpore un Dictionnaire de la langue huronne dans Le grand voyage du pays des Hurons et le père jésuite Paul Le Jeune (1592-1664) y consacre une section dans la Relation de ce qui s’est passé en la Nouvelle France, en l’année 1634.

Jean Baptiste de La Brosse, Nehiro-iriniui […],[Québec], Brown et Gilmore, 1767.

Les premiers livres imprimés entièrement en langue autochtone au Québec sont publiés plus tardivement par quelques éditeurs locaux, pionniers de l’imprimerie au Québec. Les plus anciens sont ceux du missionnaire jésuite Jean-Baptiste de La Brosse (1724-1782). Dès son arrivée au Canada en 1766, celui-ci s’évertue à étudier et à compiler le travail de ses prédécesseurs afin de mieux connaître la langue de ceux qu’il va côtoyer. Le père La Brosse innove par rapport à ses prédécesseurs en produisant des ouvrages non seulement destinés aux missionnaires, mais aussi aux populations autochtones innues et abénaquises. En 1767, il fait imprimer à Québec un premier catéchisme entièrement en langue autochtone, trois ans seulement après l’apparition de l’imprimerie dans la colonie. Imprimé à plusieurs centaines d’exemplaires, ce manuel était destiné aux communautés innues de la Côte-Nord, où le père La Brosse œuvrait comme missionnaire. Son livre est une copie presque identique d’un ouvrage demeuré manuscrit du père Pierre-Michel Laure (1688-1738), également missionnaire dans la même région durant la première moitié du xviiie siècle, auquel il apporte néanmoins quelques ajouts basés sur son expérience en milieu autochtone[i].

D’autres ouvrages sont ensuite parus en diverses langues, selon les peuples visés par les communautés religieuses. Parmi les prêtres et missionnaires lexicographes particulièrement actifs en ce domaine, on retient les noms de :

François Kaondinoketc, Récit de François Kaondinoketc, chef des Nipissingues […], Saint-Quentin, J. Moureau, 1848.
  • Jean Claude Mathevet (1717-1781), prêtre sulpicien à la mission du Lac-des-Deux-Montagnes.
  • François Picquet (1708-1781), prêtre sulpicien chez les Iroquois.
  • Joseph Marcoux (1791-1855), prêtre missionnaire surnommé Tharoniakanere (celui qui regarde le ciel). Missionnaire chez les Iroquois, il rédige de nombreux ouvrages religieux en iroquois, entre autres un catéchisme, un livre de prières, un volume de chants grégoriens avec paroles iroquoises, une traduction d’une biographie de Kateri Tekakouitha, etc. Sa correspondance avec des chefs iroquois de la mission du Lac-des-Deux-Montagnes est publiée après sa mort.
  • L’abbé Cuoq (1821-1898), prêtre sulpicien à la mission du Lac-des-Deux-Montagnes. Celui-ci signe ses écrits des lettres « N. O. », d’après les surnoms donnés par les Nipissing (Nij-kive-nato-anibic, qui veut dire « feuille double ») et par les Iroquois (Orakwanentakon, qui veut dire « étoile fixe »). En 1864, il se porte à la défense des langues autochtones et publie à Montréal un ouvrage qu’il intitule Jugement erroné de M. Ernest Renan sur les langues sauvages. On peut y lire tout l’attachement du missionnaire aux langues autochtones : « Et que dirait M. Renan, si on lui montrait, non pas seulement une race sauvage, mais plusieurs races sauvages parlant une langue au moins aussi belle que n’importe quelle langue sémitique ou indo-européenne ? » Cuoq fait notamment traduire et publier (avec annotations) le Récit de François Kaondinoketc, chef des Nipissingues (tribu de race algonquine) écrit par lui-même en 1848.
Joseph Laurent, New familiar Abenakis and English dialogues : the first ever published on the grammatical system, Québec, Léger Brousseau, 1884.

Ces ouvrages ont été préparés par plusieurs auteurs d’origine européenne, mais ils sont aussi l’œuvre d’Autochtones, souvent demeurés anonymes, ayant participé à la traduction des textes[ii]. Il y a néanmoins, dans le corpus, au moins six ouvrages explicitement réalisés par des Autochtones et particulièrement intéressants pour cette raison :

Provenance des ouvrages

Jean-Baptiste de La Brosse, [Calendrier montagnais du père de La Brosse], Québec, Brown et Gilmore, 1776.

Ces ouvrages ont des provenances diverses. Une partie importante de l’ensemble provient des prêtres sulpiciens. En effet, le noyau de la collection de livres anciens de BAnQ a été constitué à Montréal par des membres de la Compagnie de Saint-Sulpice pour l’Œuvre des bons livres (1844), le Cabinet de lecture paroissial (1857) puis la bibliothèque Saint-Sulpice (1915). À l’époque de la Nouvelle-France et jusqu’à l’abolition du régime seigneurial, cette communauté religieuse possédait plusieurs seigneuries, notamment celle de l’île de Montréal et celle du Lac-des-Deux-Montagnes où vivaient des communautés autochtones.

Plusieurs autres livres du corpus proviennent de la collection de Philéas Gagnon (1854-1915), notable canadien ayant recueilli un nombre impressionnant d’ouvrages en lien avec l’histoire canadienne, notamment plusieurs livres en langues autochtones. La Collection Gagnon provient de l’ancienne Bibliothèque centrale de Montréal, dont les collections ont été intégrées à celles de l’institution en 2005.

Nikamuina, [Québec], Jan Neilson, 1817.
Parmi l’ensemble, trois ouvrages semblent uniques :

  • un calendrier innu-montagnais du père jésuite Jean-Baptiste de La Brosse publié chez les éditeurs Brown et Gilmore en 1776. Les calendriers sont des documents imprimés éphémères qui sont généralement détruits une fois l’année passée;
  • du même missionnaire, un abécédaire abénaquis publié également à Québec chez Brown et Gilmore en 1770 (Akitami kakikemesudi-arenarag’ auikhigan…);
  • un recueil de chants grégoriens avec paroles en innu-montagnais (Nikamuina, Uabistiguiatsh [Québec], Massinahitsheu, Jan Neilson, 1817

 

D’autres titres sont également très rares, par exemple :

Alphabet mikmaque, Québec, C. Le François, 1817.

Certains ouvrages contiennent aussi des marques uniques de provenance et d’usage (ex-libris, annotations manuscrites, ex-dono). Parmi les marques de possession importantes, figurent celles inscrites par l’abbé Cuoq, lui-même missionnaire et auteur de plusieurs livres. On trouve aussi dans certains ouvrages des inscriptions en langues autochtones.

Des vecteurs de connaissances culturelles et linguistiques

Étant donné le caractère culturel très fort associé aux ouvrages du corpus, on peut sans doute avancer que ces livres ont été porteurs de valeurs sociales et spirituelles diffusées au sein des communautés autochtones qu’on tentait de convertir. En retour, grâce à ces livres, plusieurs missionnaires et colons d’origine européenne ont pu mieux connaître la culture autochtone. Ces documents furent donc des vecteurs particulièrement efficaces, non seulement de connaissances linguistiques, mais également d’éléments culturels. Même s’ils véhiculaient les valeurs d’une religion étrangère aux Autochtones, il y a certainement eu de multiples échanges de part et d’autre. Les recherches sont à mener par les spécialistes, mais on peut penser que ces ouvrages, au moment de leur parution, eurent pour effet de mettre en valeur les langues et les cultures autochtones.

Christian Kauder, Buch das Gut, enthaltend den Katechismus [catéchisme en micmac rédigé par un rédemptoriste allemand], Wien [Vienne], Die kaiserliche wie auch königliche Buch-druckerei, 1866.

 

En collaboration avec des chercheurs autochtones et allochtones, BAnQ prépare des journées d’étude durant lesquelles le corpus de livres anciens en langues autochtones sera présenté. Ces journées d’étude, qui auront lieu le 29 et 30 avril 2020, porteront plus largement sur le potentiel des collections de BAnQ pour les recherches collaboratives avec les communautés autochtones du Québec.  

 

[i] Anne-Marie Baraby, « Les premiers manuels en langues autochtones au Canada », dans Paul Aubin (dir.), 300 ans de manuels scolaires au Québec, Montréal / Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Presses de l’Université Laval, 2006, p. 56-63.

[ii] Joyce M. Banks, « « Pas seulement des auditeurs » : les imprimés en langues autochtones », dans Patricia Fleming, Gilles Gallichan et Yvan Lamonde (dir.), Histoire du livre et de l’imprimé, vol. 1 : Des débuts à 1840, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2004, p. 294-305.