Les ex-libris d’Ægidius Fauteux

par Philippe Legault et Isabelle Robitaille, bibliothécaires,
Direction de la recherche et de la diffusion des collections patrimoniales

 

 

Ex-libris de Émile Vaillancourt
Ex-libris de Émile Vaillancourt

Henri Bouchot (1849-1906), historien de l’art et conservateur au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France, a écrit : «L’ex-libris est la marque la plus vieille de l’amour sincère des hommes pour leur bien littéraire».[i]

 

Or, la Bibliothèque nationale possède une importante collection d’ex-libris, véritables œuvres d’art miniatures, rassemblés par l’homme de lettres Ægidius Fauteux (1876-1941). Au fil des ans, celui-ci les a regroupés par ordre alphabétique et divisés en 15 volumes, dont trois contenant des ex-libris canadiens et 12 des ex-libris étrangers. Cette collection unique a appartenu à l’ancienne Bibliothèque centrale de la Ville de Montréal et comprend environ 1800 pièces, dont près de 440 canadiennes, datées de la fin du XVIIe siècle à 1941.

 

Ces marques de possession dans les livres fournissent des indices précieux sur leurs différentes provenances. S’attarder à l’étude de ces petites vignettes permet de contribuer, parfois modestement, à reconstituer l’histoire des livres et de leurs propriétaires ainsi que des créateurs et des graveurs de ces ex-libris. Afin de mieux faire connaître cette collection qui compte de « petits bijoux », BAnQ a numérisé et mis en ligne sur Flickr les trois volumes d’ex-libris canadiens de la collection Fauteux.

 

 

 

 

Qui est Fauteux?

 

Journaliste, bibliothécaire et historien, Ægidius Fauteux est né à Montréal le 27 septembre 1876. Après des études en théologie et en droit, il devient journaliste parlementaire à Québec pour le journal La Patrie, puis rédacteur en chef du journal La Presse de 1910 à 1912. Il est engagé, en 1915, à titre de conservateur de la nouvelle bibliothèque Saint-Sulpice, où il y demeure jusqu’à la fermeture de cette dernière en 1931. Par la suite, il occupe le poste de conservateur de la Bibliothèque municipale de Montréal pendant 10 ans, soit jusqu’à la fin de sa vie.

 

Portrait de Ægidius Fauteux à Spencer Wood en 1938.
Ægidius Fauteux à Spencer Wood en 1938.

 

Bibliophile et homme de lettres, Fauteux est l’un des grands érudits du Canada français du début du XXe siècle. Impliqué dans différentes sociétés et associations historiques, il a présidé la Société historique de Montréal de 1928 à 1941 et a participé à la fondation de la Société des Dix [ii]. Cela l’a amené à entretenir de nombreux contacts avec des collègues du Canada, des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. Sa passion pour les ex-libris est rapidement connue de ceux-ci et il n’est pas rare que Fauteux reçoive ou échange ces petites vignettes au hasard de ses correspondances.

À l’instar des grandes bibliothèques nationales et universitaires, BAnQ a également rendu accessible en ligne les 15 volumes de cette collection d’ex-libris trop peu connue sur sa plateforme BAnQ numérique. Le public peut ainsi l’explorer pour en découvrir les richesses.

 

 

Ex-libris de Henri Viau
Ex-libris de Henri Viau

 

[i] Voir Les ex-libris et les marques de possession du livre, Paris, Rouveyre, 1891, p. 10.

[ii] Douville, R. (1997). La Société des Dix, son histoire, ses membres, son œuvre. Les Cahiers des dix, (52), 43–65. https://doi.org/10.7202/1012951ar