Restauration d’un trésor du fonds J. E. Livernois Ltée

par Jessica Régimbald, Restauratrice,
Direction de la conservation et de la numérisation

 

La direction de la conservation et de la numérisation reçoit de nombreuses demandes de la part des archivistes et des bibliothécaires de BAnQ pour effectuer des traitements de restauration et de conservation sur les documents précieux de nos fonds et de nos collections. L’une de ces demandes récente concernait une mosaïque d’épreuves photographiques montées sur un carton décoré à l’aquarelle en provenance du fonds J.E. Livernois conservé à BAnQ Québec.  Les documents de ce fonds, dont une partie a été numérisée, ont été produits par quatre générations de Livernois : Jules-Isaïe Benoît dit Livernois (1830-1865) et son épouse Élise L’Heureux-Livernois (1827-1896); leur fils aîné Jules-Ernest (1851-1933); Jules (1877-1952), issu du premier mariage de Jules-Ernest, et enfin diverses personnes sous la direction de Victor et de Maurice jusqu’à la fermeture des studios en 1974.

La mosaïque est constituée des portraits des finissants du Petit Séminaire de Québec datant de 1920[i].  Ce document fait partie d’une série illustrant une section importante de la production des photographes Livernois, soit des mosaïques de maisons d’enseignements tels que les collèges et les couvents.  Les photographies regroupées dans cette série du fonds J. E. Livernois Ltée ont d’ailleurs été inscrites en 2018 au Registre de la Mémoire du monde du Canada / Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO).  Ce registre répertorie des œuvres et des documents exceptionnels témoignant de la richesse et de la diversité du patrimoine documentaire canadien.

 

Cette mosaïque est un excellent exemple des dommages pouvant se produire lors de mauvaises manipulations.  Son poids et sa grande dimension la rendent fragile lors de manipulations et c’est pour cette raison que trois des quatre coins sont brisés. Ce type d’objet doit être déplacé avec un plateau en dessous pour qu’il soit supporté le plus possible dans son entièreté.  

 

 

 

 

 

 

Pour débuter le traitement, un ruban adhésif qui était présent le long d’une cassure a été retiré mécaniquement à l’aide d’air chaud.  Le recto et le verso ont été nettoyés à sec afin d’enlever la saleté de surface.  Toutes les cassures ont été réparées à l’aide de colle d’amidon et de papier japonais et les petites lacunes, dans la partie supérieure du carton, ont été comblées.

 

La grande lacune le long de la bordure gauche a été comblée en laminant des papiers avec de la colle d’amidon afin de simuler l’épaisseur du carton et le papier supérieur a été teint à l’aquarelle afin d’harmoniser la couleur avec le reste de l’objet.  La lacune de la photo a été également comblée.  Le traitement de restauration a nécessité une vingtaine d’heures de travail et vient assurer la pérennité de cette mosaïque de photos d’une grande valeur historique.

[i] Fonds J. E. Livernois Ltée, BAnQ Québec, P560,S2,P300388.