Portail BAnQ Nétiquette

Découvrir la collection des livres d’artistes numérisés : perspective historique

20 décembre 2018 par Carnet de la Bn | Catégorie(s) : Diffusion, Livres d'artistes et ouvrages de bibliophilie

par Catherine Ratelle-Montemiglio,
Bibliothécaire, Direction de la Collection nationale et des collections patrimoniales

 

Bien que la collection de livres d’artistes et d’ouvrages de bibliophilie soit surtout constituée d’œuvres parues à partir de la décennie 1970, un détour vers les premiers pas de l’édition artistique au Québec révèle des créations fascinantes, autant du point de vue visuel que conceptuel. En effet, un coup d’œil historique nous permet de mettre en perspective la production contemporaine et mieux comprendre la genèse de cette pratique artistique singulière qu’est la création d’un livre d’artiste.

 

Metropolitan Museum (1931)

 

 

Metropolitan Museum de Robert Choquette et d’Edwin Holgate est un cas particulièrement intéressant lorsque l’on retrace l’histoire de la publication d’artistes au Québec. L’ouvrage, conçu à Montréal en 1931, ne porte aucune mention d’éditeur. Nous pouvons donc en conclure que la publication est réalisée d’un bout à l’autre par les deux artistes, en collaboration avec un typographe. Cette idée d’une œuvre autopubliée par des artistes qui conçoivent et réalisent entièrement le projet correspond tout à fait à la définition d’un livre d’artistes[i]. Metropolitan Museum a aussi de particulier qu’elle réunit le travail d’un auteur francophone, Robert Choquette, en début de carrière, et les illustrations d’un artiste anglophone, Edwin Holgate, artiste déjà établi et membre du Groupe des sept. Les deux collaborateurs travaillent alors ensemble à l’École des beaux-arts de Montréal. Cette publication, dans laquelle l’importance de la contribution des deux créateurs est égale, a un tirage limité de 475 exemplaires, signés et numérotés, et comprend 400 vers en alexandrin de Choquette et treize bois gravés de Holgate. La première partie du texte raconte la visite du célèbre musée new-yorkais, alors que la deuxième partie se déroule dans la ville comme telle, ultime symbole de la modernité. La relation entre le texte et les illustrations est très libre, le ton philosophique du texte laissant beaucoup de place à la créativité de la représentation visuelle[ii].  

 

Les éditions Erta

 

On ne peut passer sous silence l’impact qu’a eu la création des éditions Erta dans le champ artistique et littéraire au Québec. Créées par Roland Giguère en 1949, les publications qui seront produites sont le fruit de multiples expérimentations où le livre devient un objet dont les dimensions matérielles et visuelles sont aussi importantes que le texte[iii]. Les publications surprennent par leur fantaisie et leur technique de production, parfois issue du domaine industriel, et leur dimension conceptuelle. Giguère, véritable avant-gardiste, fait partie des premiers artistes à choisir le livre comme principal objet de création[iv].

 

Midi perdu (1951)

 

 

 

Midi perdu fait partie des premières publications de la célèbre maison d’édition expérimentale. Parue en 1951 en seulement 20 exemplaires, il s’agit d’une collaboration entre Roland Giguère qui signe le texte, et Gérard Tremblay pour les illustrations. On remarque d’emblée l’impression sur bleus d’architecte, « blueprint », traditionnellement réservé au dessin commercial. Ce support, très intéressant du point de vue esthétique, a le désavantage d’être très sensible à la lumière et nécessite des précautions en ce sens au niveau de la conservation. Le texte y est manuscrit, ce qui met de l’avant la gestualité du poète et la subjectivité de l’écriture[v].

 

Images apprivoisées (1953) 

 

Images apprivoisées / Roland Giguère

 

Le cas d’Images apprivoisées, également publié chez Erta en 1953 en 100 exemplaires, est tout aussi intéressant, mais pour des raisons totalement différentes. On a dit de ce livre qu’il s’agirait du premier livre d’artiste québécois, au sens contemporain du terme, de par sa dimension conceptuelle[vi]. En effet, le livre est composé de clichés typographiques trouvés par Roland Giguère et reproduits tels quels. Ces images ont servi d’inspiration pour les poèmes qui les accompagnent, dans un processus de création proche de l’automatisme. Ainsi, l’intérêt de l’œuvre ne réside pas ici dans son aspect matériel, qui est plutôt conventionnel, mais dans la démarche conceptuelle utilisée par l’artiste.

 

Votre curiosité est piquée et vous aimeriez en savoir plus sur ces ouvrages? Voici quelques sources à consulter :

 

Et n’oubliez pas que toutes les œuvres mentionnées dans cet article peuvent être consultées sur demande, à la salle de consultation de BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie.

Pour en savoir plus sur le processus de numérisation des livres d’artistes, consultez le premier article de cette série.

Pour découvrir la collection de livres d’artistes numérisés faits par des femmes, consultez le deuxième article de cette série.

 

Le Carnet souhaite à tous ses lecteurs un très beau temps des fêtes et sera de retour le 17 janvier.  Meilleurs vœux!

 

[i] Silvie Bernier, Du texte à l’image – Le livre illustré au Québec, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1990, p. 187

[ii] Pour une analyse détaillée de cet ouvrage, voir Sylvie Bernier, Silvie Bernier, Du texte à l’image – Le livre illustré au Québec, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1990

[iii] Idem, p. 263

[iv] Sylvie Alix, « L’histoire du livre d’artiste au Québec », dans Jo Nordley Beglo (dir.), Essais sur l’histoire de la bibliothéconomie d’art au Canada, Ottawa, Arlis Canada, 2006, p. 40

[v] Sylvie Bernier, idem, p. 292

[vi] Sébastien Dulude, Esthétique de la typographie : Roland Giguère, les éditions Erta et l’École des arts graphiques, Montréal, Éditions Nota Bene, 2013, p. 179

 

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :



© Bibliothèque et Archives nationales du Québec