Portail BAnQ Nétiquette

Numérisation de livres d’artistes : un processus complexe

28 septembre 2018 par Carnet de la Bn | Catégorie(s) : Diffusion

par Catherine Ratelle-Montemiglio,
Bibliothécaire, Direction de la Collection nationale et des collections patrimoniales

 

La collection de livres d’artistes et d’ouvrages de bibliophilie compte plus de 3800 œuvres physiques. Or, parmi toutes ces œuvres d’art, seuls quelques documents  sont accessibles sur BAnQ numérique. En effet, le processus de numérisation de cette collection en est encore à ses débuts et nécessite des précautions particulières. Comme nous l’avons souligné lors d’un précédent billet, les livres d’artistes se prêtent parfois très mal à la numérisation, de par la pluralité de leurs formes. Or, l’ajout tout récent de nouveaux livres d’artistes sur notre plateforme numérique nous donne l’occasion de faire la lumière sur le processus particulier de numérisation de ces œuvres d’art.

 

De la matérialité de l’objet

Les livres d’artistes pouvant prendre autant de formes diverses qu’il y a d’artistes, le processus de numérisation se fait à la pièce, dans l’atelier de notre photographe, Michel Legendre. Cela lui permet de prendre des vues d’ensemble du document en 3D, fournissant de ce fait une représentation plus juste de l’œuvre d’art que pourrait nous l’offrir un numériseur typique en 2D. On cherche ainsi à mettre en valeur la matérialité de l’œuvre, notamment en jouant avec l’éclairage pour faire ressortir le volume et les textures. De plus, l’œuvre est le plus souvent photographiée en double page. Cette technique permet non seulement d’éviter de couper des illustrations, mais elle permet aussi de mieux rendre l’expérience de consultation de l’œuvre physique. La lecture séquentielle d’une page à l’autre, comme on le ferait avec l’objet tridimensionnel, est ainsi mieux rendue. En somme, une véritable réflexion sur la nature de l’œuvre est nécessaire de la part des bibliothécaires et du photographe avant de procéder à sa numérisation.

 

Livres de graveurs et albums d’estampes

Si l’on s’imagine mal une représentation efficace d’un livre-objet en version numérique, d’autres types de publication d’artistes passent plus facilement du papier à l’écran. Notamment, on peut penser aux livres de graveurs et aux albums d’estampes, qui de par leur nature restent plus près du livre traditionnel. Ces types de publication, surtout produits entre les décennies 1960 et 1980 au Québec, ont été un espace privilégié d’expérimentation pour les artistes1. Ils se caractérisent, le plus souvent, par l’union entre un texte littéraire et des estampes originales. Parmi les plus récents ajouts à notre collection numérique, quelques exemples illustrent à merveille comment la spécificité de ces œuvres d’art peut être conservée, même en version numérique. Dans le cas de Jamésie, une publication réunissant un texte de Camille Laverdière et sept estampes de René Derouin, paru aux éditions du Noroît en 1981, on remarque que l’ensemble de l’œuvre a été photographié, incluant le boîtier dans lequel elle se trouve. On considère en effet que l’emboîtage fait partie intégrante de l’œuvre. En passant d’une image à l’autre, le spectateur a ainsi l’impression d’observer lui-même le boîtier, de l’ouvrir puis de découvrir l’œuvre qu’il contient. Quant à l’œuvre Arbres, publiée aux éditions Erta en 1978, on peut constater l’importance de la prise de vue en double page, ici essentielle. En effet, les sérigraphies de Roland Giguère chevauchent parfois deux pages, d’où l’importance de privilégier une vue d’ensemble afin d’avoir une meilleure représentation de l’œuvre physique. La typographie et la mise en page du texte de Paul-Marie Lapointe méritent aussi une considération particulière qui va au-delà de la signification des mots, ce qui ne peut être apprécié qu’avec une vue d’ensemble.  Finalement, l’album d’estampes Mémoire animale, paru en 1969 aux Éditions de la Guilde graphique, met à l’honneur le travail de l’artiste Kittie Bruneau, accompagné d’un texte de Serge Gilbert. Dans ce cas-ci, chaque estampe a été photographiée individuellement, permettant au photographe de passer d’un point de vue en portrait ou en paysage, selon le sens original de l’œuvre.

 

Bien entendu, lorsque cela est possible, rien ne remplace le plaisir d’observer en personne ces véritables œuvres d’art! Celles-ci peuvent être consultées sur demande, àla salle de consultation de BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie.

 

Vous aimeriez découvrir d’autres livres d’artistes récemment rendus disponibles sur BAnQ numérique? Ne manquez pas le deuxième article de cette série, qui sera publié le 25 octobre.  

 

1. Pour plus d’informations sur l’histoire du livre d’artiste au Québec, voir ALIX, Sylvie, « L’histoire du livre d’artiste au Québec », dans Jo Nordley BEGLO (dir.), Essais sur l’histoire de la bibliothéconomie d’art au Canada, Ottawa, Arlis Canada, 2006, p. 34

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :



© Bibliothèque et Archives nationales du Québec