Portail BAnQ Nétiquette

Livres d’artistes : le livre comme espace de création

5 juillet 2018 par Carnet de la Bn | Catégorie(s) : Diffusion

par Élise Lassonde, bibliothécaire
Direction de la Collection nationale et des collections patrimoniales

En cette époque où le numérique est omniprésent, le livre se passe de plus en plus souvent du papier. Cela n’a pas diminué pour autant l’attrait pour l’objet physique, sans cesse renouvelé. Se réclamant de toutes les libertés, les artistes occupent le territoire livresque en exploitant l’ensemble des possibilités qui leur sont offertes : méthodes traditionnelles ou anticonformisme technique. Voici quelques réflexions sur la pluralité des approches que l’on retrouve dans la collection de livres d’artistes de la Bibliothèque nationale.

Dialogue entre gravure et Poésie

Ainsi fait / Bougie, Pierre-Louis, Montréal, 2014.

La page est un lieu physique concret et le livre, un volume dans l’espace. Dans le cadre d’une pratique contemporaine en phase avec la tradition bibliophilique, l’éditeur-artiste devient l’architecte d’un lieu de rencontre entre la poésie et l’estampe.  Louis-Pierre Bougie contribue depuis trois décennies à cette approche du livre d’artiste, comme dans son titre Ainsi fait paru en 2013. Imprimées par Paule Mainguy, les 17 gravures sur cuivre denses et vibrantes de Bougie qui s’y trouvent sont peuplées d’une ronde de silhouettes humaines et végétales. Elles se posent en regard du texte poétique signé par François-Xavier Marange, ami et compagnon d’atelier aujourd’hui disparu. La mise en page a été confiée au typographe Martin Dufour qui, avec ses caractères de plomb, a créé une dentelle noire et généreusement nimbée de blanc offrant un souffle aux strophes. L’entièreté de l’œuvre poétique est reprise dans son ensemble en fin de volume, ce qui permet de l’apprécier en deux temps, selon deux rythmes.

Un grand livre d’images

À l’opposé du spectre du livre d’artiste, les zines sont des publications alternatives dont la facture est généralement modeste. Certains titres où l’image occupe la place principale obligent à prendre en compte cette production dans l’étude du livre d’artiste. Il en va de même lorsque l’intérêt réside dans l’interaction entre les images et le texte. Plusieurs créateurs contribuent au décloisonnement de ce champ artistique en produisant en parallèle des zines d’un raffinement remarquable et des livres d’artistes empruntant aux codes d’une certaine marge.

Dans son atelier de microédition Mille Putois, Simon Bossé imprime en sérigraphie livres et affiches, pour d’autres et pour lui-même. L’Atlas sérigraphique de Montréal est en quelque sorte un zine à grand déploiement, édité par Mille Putois en 2013 et réunissant une quinzaine d’artistes sérigraphes. Chacun d’eux a été invité à concevoir et à imprimer une planche recto verso. Ces planches ont ensuite été pliées pour créer autant de feuillets doubles rassemblés par une reliure de Marc Desjardins. Ce livre sans texte, ou presque, est à mi-chemin entre l’expérience enfantine de feuilleter un livre d’images et celle de tenir dans ses mains toute une exposition. L’ordre des pages imposé par la reliure lie chacune des contributions. C’est au lecteur qu’il revient d’articuler cette séquence d’œuvres imprimées qui offre un portrait de contemporains, de collaborateurs et d’amis gravitant au sein d’une nébuleuse créative ayant la métropole pour épicentre.

Jeux de mots

Dans Chevalladar (2005), Julie Doucet livre un contenu singulier : une réplique en sérigraphie de son journal intime écrit de janvier à avril 2005. Cette forme familière met toutefois le lecteur à l’épreuve. Au fil des pages se glisse progressivement un vocabulaire confondant qui s’emmêle au français du récit quotidien jusqu’à créer un charabia incompréhensible. Si les phrases demeurent en apparence correctes sur le plan syntaxique, leur sens échappe toutefois à la compréhension.

En complément, Doucet propose Autrinisme de règlohnette – Grandamme (2005), un dictionnaire qui recense les 658 termes forgés par l’artiste. S’ouvrant sur des citations de Gœthe (Mehr licht) et Hippocrate (Ars longa, vita brevis), cet outil permet de faire la lumière sur le premier titre, mais pas sans un travail considérable. Chevalladar présente un second niveau de pudeur : les pages du journal n’ont pas été coupées. L’accès à une portion des cahiers demeure difficile, voire impossible. Le lecteur ira-t-il jusqu’à altérer l’œuvre pour assouvir sa curiosité? Ce livre invite à une réflexion sur l’effort nécessaire au processus de la lecture, à la compréhension d’une langue et, par extension, de l’art. Poursuite du travail sur la langue, une nouvelle édition du dictionnaire a été publiée en 2012 et offre les équivalents règlohnette-français et français-règlohnette, de quoi procéder au thème et à la version!

Formes anciennes, formes neuves

En 2010, Jean-François Proulx et Marc-Antoine K. Phaneuf proposaient un livre surprenant : le Carrousel encyclopédique des grandes vérités de la vie moderne. L’ouvrage est constitué de 80 diapositives contenues dans un petit boîtier noir recouvert d’un feuillet. Véhicules plus fréquemment associés aux images, les diapositives ne proposent ici que du texte. Les courts énoncés, qui provoquent rire, étonnement ou dégoût, sont d’une vraisemblance ambiguë. En cette ère de fausses nouvelles, cette œuvre invite à réfléchir sur la validité des sources. Ces informations ont-elles été grappillées sur les médias sociaux, dans la rue ou dans le métro ou inventées de toutes pièces?

En plus d’accentuer l’ironie du commentaire sur les médias contemporains, le recours à un support anachronique détermine les dynamiques de lectures possibles. Les diapositives peuvent être consultées pour soi, à l’unité, ou rassemblées dans un carrousel et projetées au mur, permettant une lecture à plusieurs.

La plupart des livres pourraient passer du papier à l’écran sans trop de heurts. De par leur forme et leur fond, les livres d’artistes, eux, réservent un rôle fondamental à leur lecteur, qui s’approprie une partie du sens par la manipulation, et invitent celui-ci successivement à la contemplation, au jeu ou au spectacle.

Article publié à l’origine dans le numéro 93 d’À rayons ouverts.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :



© Bibliothèque et Archives nationales du Québec