Portail BAnQ Nétiquette

Regard sur la Collection nationale de musique

11 mai 2018 par Carnet de la Bn | Catégorie(s) : Diffusion

par Benoit Migneault
Directeur
Bibliothèque Saint-Sulpice

Pauline Julien, CBS Disques, [196-?]

Il serait évidemment facile de dresser une liste de documents rares ou introuvables ailleurs qui sont conservés dans la Collection nationale de musique. On n’a qu’à penser à l’opéra Louis Riel d’Harry Somers, qui reçut une critique louangeuse lors de sa publication en 1985. Et que dire du Vol rose du flamant de Clémence Desrochers, première comédie musicale québécoise jamais enregistrée, qui remonte à 1964?

Festival de musique avec tout l’monde… Oné toutoboutte toutte avec Raoul Duguay et Dyonysos, entre 1971 et 1978.

Toutefois, la Collection nationale de musique est bien plus qu’un lot de raretés: ce qui la caractérise et constitue son ultime richesse, c’est le fait qu’elle rassemble en un seul lieu la totalité du patrimoine musical et sonore québécois, pour le plus grand bénéfice des usagers de BAnQ. Après tout, le concept de trésor est bien variable selon les usagers à qui on demande de le définir.

Certains sont fébriles à l’idée de pouvoir consulter la collection de disques country; pour d’autres, c’est le rock progressif; enfin, d’aucuns jettent leur dévolu sur la musique de films, la musique d’émissions pour enfants ou l’impressionnante collection de 45 tours. On peut par ailleurs se poser la question suivante: si la Collection nationale de musique n’existait pas, où donc trouverait-on un accès aussi convivial et aussi démocratique à ces témoins de notre passé et de notre présent? Il faut en effet garder en tête qu’au-delà de leur contenu musical, ces enregistrements sont également révélateurs d’une société en mouvance. On n’a qu’à songer, par exemple, au parallèle à tracer entre l’émergence des chansonniers à texte et la Révolution tranquille. Évidemment, certains enregistrements sont absents de cette collection, soit parce que BAnQ n’en possède qu’un seul exemplaire, auquel cas il se trouve au Centre de conservation, soit parce que le document est trop fragile pour être disponible en accès libre, ce qui est le cas des cylindres de cire, des 78 tours et des cassettes huit pistes. Dans une telle éventualité, il suffit de s’adresser au personnel de la section Musique et films afin qu’une version numérisée du document soit réalisée pour fins de consultation.

Pour en savoir plus, venez assister à la conférence L’évolution de la chanson populaire au Québec, le 17 mai à BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie. De la Nouvelle-France au xxie siècle, une incursion au cœur de la petite et de la grande histoire de la chanson d’ici en compagnie d’une bibliothécaire spécialisée en musique du Québec. La rencontre sera suivie d’une visite de l’édifice qui abrite un exemplaire de presque tout ce qui a été publié au Québec à travers le temps.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :



© Bibliothèque et Archives nationales du Québec