Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

L’année la plus longue de Daniel Grenier

L’année la plus longue, premier roman de Daniel Grenier

 

Qu’arrive-t-il lorsqu’on naît le 29 février? On trouve une réponse charmante dans L’année la plus longue, le premier roman de Daniel Grenier.

Trois années sur quatre, Thomas Langlois n’existait pas. […] Chaque février il retenait son souffle […]

 

Daniel Grenier nous présente un bel amalgame de péripéties qui se déroulent dans le passé, au présent et dans le futur. Il illustre une démarche intéressante de recherches historiques par les aventures d’Aimé Langlois, l’ancêtre minutieusement recherché.

Afin de retracer son histoire et de lui conférer un minimum de linéarité, il faudra parfois privilégier une piste au détriment d’une autre, en gardant en tête la possibilité que des erreurs factuelles se soient glissées ici et là. L’honnêteté intellectuelle et le respect des sources nous obligent à ne jamais perdre de vue l’éventuelle incompatibilité entre l’horizon d’attente du conteur et la rigueur de sa démarche.

 

Un ancêtre dont la trace est difficile à suivre puisqu’il traverse les époques et les frontières et change d’identité régulièrement : voici un beau casse-tête pour les généalogistes aguerris. Une petite touche de fantastique suffit pour accrocher le lecteur qui tente de comprendre les sauts temporels qu’impose l’auteur. C’est qu’Aimé Langlois nous fait découvrir l’Amérique par son histoire, vieille de trois cents ans.

À cette époque, à ce moment-là, en juillet 1838, sous le ciel menaçant de la plaine américaine où marchaient les Cherokees, il se trouvait ailleurs. Presque toutes les sources le confirment.

 

Un journal intime, une rencontre manquée, un testament qui surgit de nulle part : voilà quelques éléments de l’intrigue qui vous attend.

 


GRENIER, Daniel, L’année la plus longue, Montréal, Le Quartanier, 2015, 422 p.




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec