Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Les derniers témoins

9 novembre 2017 par Jean-François Barbe | Catégorie(s) : Documentaire

Publié il y a vingt ans, L’Allemagne nazie et les Juifs de Saul Friedländer a eu, et continue à avoir, un retentissement extraordinaire.

Les connaisseurs estiment que cette synthèse historique se situe au même niveau que le magistral La destruction des Juifs d’Europe de Raul Hilberg qui suivait minutieusement, archives à l’appui, le rôle central de la bureaucratie nazifiée dans le processus d’extermination des Juifs d’Europe. Pour sa part, Friedländer avait innové en intercalant des témoignages de victimes de l’Holocauste dans un grand récit privilégiant des facteurs idéologiques et culturels.

Le récent Réflexions sur le nazisme constitue une belle occasion de se familiariser avec l’œuvre et la pensée de Friedländer. Fruit d’un long entretien sous forme de questions/réponses, Réflexions sur le nazisme offre plusieurs points d’entrées sur des débats historiographiques actuels concernant l’Holocauste et le nazisme.

Plusieurs thèmes sont ainsi abordés. Une histoire objective de l’Holocauste peut-elle intégrer le point de vue subjectif des victimes ? Comment représenter des événements que certains qualifient comme étant hors de l’intelligible? Peut-on relater objectivement l’Holocauste en étant soi-même Juif ? Est-il possible de faire des documentaires « véridiques » comme voudrait l’être le Shoah de Claude Lanzman? Comment s’est créée, chez les Juifs d’Europe, la conscience de ce qui les attendait sous le nazisme ?

Ce livre aborde le riche univers d’un grand historien qui constate, à plus de 80 ans, qu’il n’existe pas de cadre d’explication pleinement satisfaisant pour rendre compte de l’événement qui a façonné sa vie. Et qui s’oppose autant à «l’exploitation de la Shoah à des fins politiques » par une certaine droite qu’aux appels à l’« oubli » d’une certaine gauche.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec