Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Le temps d’un été : un film percutant

21 juillet 2016 par Catherine Lévesque | Catégorie(s) : Films

August-Osage-County_300x445Beverly et Violet forment un vieux couple. Atteinte d’un cancer de la bouche qui la fait souffrir, elle avale des pilules parfois en abondance. Il boit un coup et se réfugie dans la lecture.

Un jour, Beverly disparaît. Deux des filles du couple, Ivy et Barbara (cette dernière accompagnée de son mari et de sa propre fille) viennent retrouver leur mère. Rapidement, les reproches fusent et les disputes commencent. Entre-temps, la police retrouve Beverly, noyé.

Toute la famille se retrouve chez Violet après les funérailles : on regarde des photos anciennes et on échange des souvenirs. Lors du repas, les couteaux commencent à voler bas. Violet ne se gêne pas pour lancer tout ce qu’elle pense sans aucune inhibition. Les médicaments y sont-ils pour quelque chose? Quoi qu’il en soit, nous assistons à une scène impressionnante et jouée magnifiquement.

Meryl Streep est extraordinaire dans son interprétation de Violet intoxiquée par sa médication. Elle est d’une telle vérité dans sa façon odieuse de régler ses comptes! Autour de la table, une foule de très bons acteurs lui donne la réplique : Julia Roberts, Ewan McGregor, Chris Cooper, et bien d’autres encore.

Ce film dépeint une famille à laquelle personne ne voudrait appartenir. Les relations sont difficiles, pleines de secrets et de rancunes qui éclatent au grand jour. La mort de Beverly a rompu l’équilibre fragile de la famille qui s’écroule comme un château de cartes. Parfois, la réalité est bien loin de l’idéal auquel tout le monde rêve et la méchanceté, encore plus retentissante dans un contexte familial.

Presque insupportable à regarder à certains moments, ce film est criant de vérité avec ses nombreuses et dures confrontations et ses personnages qui s’en sortent tant bien que mal.

En bout de ligne, ce drame devient fascinant et bouleversant. On a envie de le revoir pour mieux digérer cette intensité et comprendre les névroses des personnages, les liens malsains qui les unissent. Cette toile triste et grotesque signée John Wells est remplie d’humanité.

 

WELLS, John, Le temps d’un été, Toronto, Entertainment One, 2014, 121 min.

Un commentaire pour “Le temps d’un été : un film percutant”

  1. Moi aussi j’ai adoré ce film! Meryl Streep et Julie Roberts sont à couper le souffle.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec