Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Deux sœurs aux vies entremêlées

17 avril 2016 par Catherine Lévesque | Catégorie(s) : Films

Joséphine et Iris sont deux sœurs aussi différentes qu’inséparables. Iris est blonde, frivole et mariée à un homme riche. Elle rêve de se sentir vivante car sa vie intérieure est vide. Depuis ses études en cinéma, elle n’a pas eu la force de croire en elle et préfère voler les idées des autres pour se mettre en valeur.

Joséphine, cheveux bruns, est une femme plus sérieuse et indépendante. Elle a mis à la porte son mari chômeur qui la trompe et qui ne se donne pas la peine de chercher du boulot. Mère de deux enfants, elle doit travailler sans relâche et refuse de demander de l’argent à sa mère ou à sa sœur.

Depuis leur enfance, les deux sœurs sont à la fois complices et envieuses l’une de l’autre. L’une brille dans l’ombre par ses études et ses connaissances qui lui rapportent un maigre salaire; l’autre se distingue en public, mais n’arrive pas à être financièrement autonome.

Iris tente d’écrire un roman mais souffre du syndrome de la page blanche. Joséphine vient de découvrir qu’elle doit 40 000 euros à la banque car son ex-mari a fait un prêt dans leur compte conjoint en imitant sa signature.

C’est alors qu’Iris propose un pacte à sa sœur : écrire un roman en son nom. Iris sera l’auteure officielle, Joséphine la plume fantôme. La plus belle en fera la promotion et la plus érudite en récoltera les recettes. Excitées par ce plan qui répond chacune à leurs besoins, elles sont plus complices que jamais.

Ce roman de Katherine Pancol, Les yeux jaunes des crocodiles, a été transposé en film par Cécile Telerman. Julie Depardieu y interprète Joséphine et Emmanuelle Béart, Iris. Légère et profonde à la fois, cette histoire sur l’ombre et la lumière, sur le mensonge et sur la vérité, nous renvoie à des personnages qui manquent de confiance en eux. Car a-t-on besoin de mentir lorsqu’on a confiance en soi? Sans compter que les mensonges apportent leur lot de problèmes, comme le constateront les protagonistes.

Porté par plusieurs grands interprètes, ce film est divertissant et prenant. Il révèle les personnalités de deux sœurs, décrit leurs réactions face aux aléas de la vie et montre comment leurs comportements prennent racine au plus profond de leur vie familiale, comme en témoignent leurs souvenirs.

 

TELERMAN, Cécile, Les yeux jaunes des crocodiles, Canada, Mongrel Media, 2015, 123 min.

PANCOL, Katherine, Les yeux jaunes des crocodiles, Paris, Albin Michel, 2006, 651 p.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec