Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Six degrés de liberté

24 janvier 2016 par Catherine Lévesque | Catégorie(s) : Littérature québécoise, Roman

Lisa a 15 ans. Elle vit avec son père en Montérégie, près de la frontière américaine, dans un parc de maisons mobiles. Elle est amie avec Éric un crack en informatique agoraphobe résidant à quelques maisons de chez elle. Les deux adolescents s’ennuient et font des expériences hors de l’ordinaire comme celle d’envoyer dans les airs un appareil photo muni d’un GPS dans une montgolfière soufflée à l’hélium! Malheureusement pour eux, la mère d’Éric décide de refaire sa vie au Danemark et emmène son fils avec elle. Éric et Lisa resteront en contact grâce à la technologie et continueront de concevoir des projets loufoques afin de repousser les limites de l’expérience humaine.

Parallèlement à cette amitié, nous entrons dans un autre univers singulier, celui de Jay, une jeune femme ex-pirate informatique qui purge une peine en travaillant comme analyste de données à la Gendarmerie royale du Canada. L’équipe au sein de laquelle elle travaille suit les déplacements louches d’un conteneur parti de Montréal dont les traces disparaissent des bases de données; de plus, la compagnie de transport est introuvable. Voyant ses collègues piétiner, Jay prend les devants dans cette enquête où nous la suivons avec bonheur.

Jusqu’à la moitié du livre, nous ne voyons aucune relation entre les acteurs et nous ne savons pas où l’auteur nous emmène. Mais l’alternance narrative et le rythme soutenu sont amusants. Tous les détours qui agrémentent le chemin finiront par s’imbriquer dans la même histoire. Grâce au talent d’enquêteur de Jay, nous découvrons des liens inattendus entre les personnes et l’envie d’en savoir plus sur cette aventure saugrenue nous tenaille. Car, au départ, ne s’agit-il pas de l’histoire d’un conteneur? Mais l’auteur, Nicolas Dickner, réussit à nous intéresser au monde des outils, des conteneurs et du transport maritime, des sujets peu inspirants pour un roman. Il s’amuse dans les jeux de pistes et ficelle son histoire comme un roman policier. L’intrigue est prenante. Son écriture est fine, légère, intelligente, pleine d’humour et efficace. Comme la ligne du temps n’est pas la même pour tous les protagonistes, les séquences alternées ont due être placées avec une précision d’horloger.

J’ai aimé tous les personnages. La plupart sont des marginaux solitaires un peu toqués et obsédés par ce qu’ils font. Grâce à une écriture cinématographique, on les voit dans leur quotidien : ce qu’ils mangent, comment ils se déplacent et communiquent entre eux, quels objets les entourent. Ces descriptions terre-à-terre sont colorées de détails savoureux où les goûts et les travers des humains nous font sourire et même rire.

Avec son intérêt pour le commerce mondial et la technologie, ce roman est tout à fait de son temps. Il est original et captivant, un des meilleurs que j’ai lus en 2015.

Nicolas Dickner est né à Rivière-du-Loup en 1972. Il a étudié en littérature, puis voyagé au Pérou et en Allemagne d’où est originaire sa famille. Six degrés de liberté est son troisième roman.

 

DICKNER, Nicolas, Six degrés de liberté, Québec, Alto, 2015, 380 p.

DICKNER, Nicolas, Nikolski, Québec, Alto, 2005, 325 p.

DICKNER, Nicolas, Tarmac, Québec, Alto, 2009, 271 p.

2 commentaires pour “Six degrés de liberté”

  1. Vous piquez ma curiosité. Merci!

  2. Très, très bon billet. Vous mettez la barre de plus en plus haute Madame Lévesque. Voilà qui est excellent.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec