Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Dans les souliers de Harper Lee

3 novembre 2015 par Maryse Breton | Catégorie(s) : Littérature américaine, Roman

En 1960, au cœur du mouvement américain des droits civiques, Harper Lee publie To Kill a Mockingbird. Roman phare de la littérature américaine du 20e siècle, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur raconte l’histoire de la jeune Scout, de son frère aîné Jem et de leur copain Dill. Scout nous décrit la vie à Maycomb, Alabama, en 1935 : les jeux que les trois comparses s’inventent, les excentricités des voisins et les tensions sociales entre familles. Les conseils et les paroles philosophiques que leur père Atticus Finch, avocat de profession, prononce pour parfaire leur éducation parsèment le roman.

Largement autobiographique, To Kill a Mockingbird dépeint le racisme qui prévaut dans le sud des États-Unis à cette époque. Le roman se conclut par le procès de Tom Robinson, un Noir, qu’Atticus, héros et personnage vénéré par des millions de lecteurs, défend. Tout comme dans le film adapté du roman et mettant en vedette Gregory Peck, le déroulement du procès et les tensions raciales que celui-ci met à nu nous tiennent en haleine.

 

Un « nouveau » roman controversé

Malgré le succès instantané que Lee a connu avec ce roman, gagnant du prix Pulitzer en 1961, elle a toujours affirmé qu’elle ne publierait jamais un autre livre. La découverte d’un « nouveau » manuscrit de l’auteure et l’annonce en février 2015 de sa publication ont créé une onde de choc aux États-Unis et dans le milieu littéraire. La surprise a fait place a des doutes. L’avocate Tonja Carter qui gère maintenant les affaires de Harper Lee depuis le décès de la sœur de l’auteure, Alice Lee en novembre 2014, aurait-elle manipulé Lee? Des accusations d’abus ont été suffisamment nombreuses pour que l’État de l’Alabama procède à une enquête sur la santé mentale de Lee (qui, à 89 ans, habite dans une résidence pour personnes âgées à Monroeville). Le rapport d’enquête a conclu que Harper Lee est saine d’esprit et qu’elle consent à la publication de son nouveau roman.

Mise à part toute cette controverse, le manuscrit inédit Go Set a Watchman surprend par son contenu. Dans cette suite du premier roman, qui est en vérité le manuscrit original de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Scout est une jeune adulte vivant maintenant à New York. Elle revient visiter son père et sa ville natale et, tout comme le lecteur, est stupéfaite de réaliser que celui-ci est raciste et appuie la ségrégation. Ce contraste entre le bon et le méchant Atticus est ce qui choque le plus les critiques, des adultes qui ont pour la plupart étudié To Kill a Mockingbird durant leur jeunesse et les valeurs humanistes que le roman met de l’avant par l’entremise de son plus noble personnage.

Go Set a Watchman a été acheté par la maison d’édition J. B. Lippincott en 1957. L’éditrice Therese von Hohoff Torrey (Tay Hohoff) a alors travaillé pendant deux ans avec Lee pour adapter le manuscrit. C’est elle qui aurait suggéré de centrer l’action du roman sur les souvenirs d’enfance de Scout et de raconter l’histoire à la première personne. À la lumière de cette récente parution, plusieurs se demandent jusqu’à quel point Hohoff était impliquée dans la rédaction du roman original.

 

Pour en savoir plus

Les ressources en ligne de BAnQ regorgent d’informations intéressantes pour ceux qui aimeraient approfondir le sujet. Voici quelques suggestions :

Dans Biography in Context*, un dossier complet sur l’auteure est présenté avec des images, des articles de journaux et de magazines, des articles de référence et des enregistrements sonores. On y trouve, notamment, la lettre écrite par Harper Lee à Oprah Winfrey en 2006.

On trouve également dans les ressources en ligne de BAnQ, « Love‑in Other Words », un article écrit par Harper Lee et publié en 1961 dans le magazine Vogue disponible dans Vogue Archives*.

NoveList Plus* est une ressource de suggestions de lecture. En précisant certains critères (par exemple le style, le genre et les sujets), on obtient des suggestions de lecture. En utilisant les critères qui caractérisent le roman To Kill a Mockingbird, on peut donc trouver des lectures similaires.

Dans Smithsonian Collections Online*, on peut lire un article de fond publié en 2010 dans la magazine Smithsonian. On y apprend qu’en 1957, Harper Lee a littéralement lancé son manuscrit par la fenêtre de son appartement pour ensuite aller le récupérer après avoir eu une discussion avec Tay Hohoff.

* Il faut s’authentifier pour accéder aux ressources en ligne de BAnQ.

_________________________________

LEE, Harper, Go set a watchman, New York, Harper, 2015, 278 p.

LEE, Harper, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Paris, Librairie générale française, 2006, 447 p.

LEE, Harper, To Kill a mockingbird, New York, Warner Books, 1960, 281 p.

LEE, Harper, Va et poste une sentinelle, Paris, Grasset, 2015.

MULLIGAN, Robert, To Kill a mockingbird, versions anglaise et française, États-Unis, Universal Studios Home Entertainment, 1962, DVD, 2 h 10 min, avec Gregory Peck, Mary Badham, Phillip Alford.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec