Une belle imagination

par Jean-François Barbe

Une petite maison d’édition de Mirabel a publié des contes portant sur les Indiens d’Amérique. Ces contes ont été rédigés par des d’élèves de la polyvalente de Sainte-Agathe-des-Monts, faisant partie du groupe d’Option des Amériques de première secondaire.

On peut s’imaginer le plaisir qu’ils ont eu à écrire leurs récits!

Certains élèves ont choisi de mettre en scène des aventures qui éprouvent le courage des héros dans l’adversité. Par exemple, le « clan des Têtes rasées » attaque sans cesse le village : il faut alors penser à bâtir des fortifications. Ailleurs, un chaman teste le courage d’un jeune. Vite, il lui faut trouver de l’aide. « Avec mes nouveaux alliés, plus rien ne m’effrayait. J’étais plus fort qu’autrefois. Ils n’avaient qu’à venir, je les attendais! ». Parfois, il faut penser à s’allier à d’autres, comme « l’Alliance Tomahawk », afin de libérer des compatriotes capturés par l’ennemi.

Mais les armes ne sont pas toujours la solution, comme le constate Amarok, qui a l’intention de venger Tekoa. Un moment donné, Amarok s’élance dans la bataille jusqu’à ce que la jolie Taima l’arrête en lui disant que la « violence ne règle rien ». Amarok ne l’oublie pas. « Un an plus tard, je me mariai avec Taima et nous eûmes deux filles et un garçon. »

Le thème de l’amour revient souvent. Pour plusieurs, l’amour suffit à régler les conflits et à abolir les frontières. Par exemple, deux peuples amérindiens ont beau être en guerre depuis des générations, il suffit qu’un mariage survienne entre deux membres de ces peuples antagonistes pour que cessent pillages et massacres. Le surnaturel – le Grand Manitou – joue aussi le même rôle.

Certains élèves, plutôt nombreux, sont très sensibles à la place importante des femmes dans l’univers de l’Iroquoisie. Par exemple, ils savent qu’en Iroquoisie, c’est l’homme qui emménage dans la maison de l’élue de son cœur, non l’inverse.

On voit que les jeunes filles ne s’accommoderaient pas facilement de rôles limitatifs pré-établis, comme le montre l’histoire du chaman Meika, une femme qui se déguise en homme étant donné que chez les Amérindiens, les femmes ne peuvent pas être chaman. Mais heureusement, un jour, « la loi change » et Meika peut alors vraiment  dire qui elle est … et rester chaman. Autre exemple, la chasse, domaine traditionnellement masculin. Dans une de ces histoires, une jeune Algonquine devient l’exception qui confirme la règle.

Ce livre est consultable sur place à la Collection nationale.

Toutes mes félicitations aux étudiants qui ont exprimé une joyeuse créativité. Bravo à leur professeur du cours d’univers social qui a contribué à donner vie à ce livre, ce qui illustre l’importance d’avoir des adultes allumés, qui ne dorment pas au gaz, dans la vie des jeunes. Et bravo à l’éditeur, le bien nommé Marchand d’idées, qui montre aux jeunes, de façon tangible, qu’ils peuvent réaliser de bien belles choses dans leur vie.

Les Amérindiens, un voyage dans le passé, recueil de récits créé par les élèves de la Polyvalente des Monts, Mirabel, Marchand d’idées, 2014, 130 pages.