Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Le français, langue commune ?

31 juillet 2014 par Jean-François Barbe | Catégorie(s) : Documentaires québécois, Politique Canada-Québec

par Jean-François Barbe

Le sujet n’est pas facile : l’anglicisation de Montréal et, par conséquent, celle du Québec.

Démographe à l’Université d’Ottawa, l’auteur a publié un certain nombre de chroniques sur l’avenir du français dans les pages du mensuel indépendantiste L’Aut’ Journal. Ce livre en réunit une vingtaine, publiées entre 2011 et 2013.

L’auteur constate qu’il règne, au Québec, une « atonie » face à la « déroute du français », qui est partiellement due à la crainte « d’être accusé de surdramatiser ».

Son analyse ne réchauffera certes pas le coeur de ceux qui se souviennent de la Charte de la langue française (aussi appelée loi 101) et de son objectif premier – qui selon l’auteur devrait aller de soi  -, à savoir que le français soit « la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires ». Car, quarante ans plus tard, ce projet reste, constate-t-il, « inachevé ».

Dans la métropole, écrit-il, « l’anglais demeure plus souvent que le français la langue des communications entre francophones et anglophones dans les grandes entreprises ». À l’aide de données statistiques, il démontre les ravages de l’assimilation linguistique survenue à Montréal au cours de la dernière décennie.

L’auteur constate également que la maîtrise du français « reste moins payante pour un immigrant que celle de l’anglais ». Et que l’accès automatique à l’école anglaise pour les migrants du reste du Canada est en train de « transformer l’Outaouais en une succursale de l’Ontario ».

Afin de contrer l’anglicisation, l’auteur propose notamment d’étendre la portée de la Charte aux cégeps.

Il  propose surtout d’être conscient du rapport de force linguistique actuel et d’agir afin que le français devienne, une fois pour toutes, la langue de communication au Québec.

Comme l’écrit en préface le sociologue Guy Rocher, « À lire, de toute urgence! ».

CASTONGUAY, Charles, Le français langue commune : projet inachevé, Montréal, Éditions du renouveau québécois, 2013, 150 p.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec