Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

Peut-on être malade et heureux?

6 juillet 2014 par Catherine Lévesque | Catégorie(s) : Documentaires québécois

Je crois que notre attitude y fait beaucoup dans notre appréciation de la vie, surtout lorsque nous sommes malades. Lucie Mandeville, auteur, conférencière et professeur de psychologie à l’Université de Sherbrooke, a accompagné son père dans sa lutte contre le cancer durant les dernières années de sa vie.

Bouleversée par cette tranche de vie, elle a cherché à donner un sens à cette expérience douloureuse en écrivant Malade et… heureux? Huit attitudes qui ont transformé des vies (et qui pourraient changer la vôtre). Elle s’est intéressée aux histoires de gens gravement malades qui ont réussi à transcender la maladie par leur attitude. Elle a regroupé ces histoires de patients sous huit caractéristiques : les optimistes, les rusés, les bons vivants, les paisibles, les increvables, les fervents, les sociables et les courageux. Car si la médecine peut aider à lutter contre la maladie, il faut autre chose pour se refaire une santé.

Lucie Mandeville présente des histoires de patients qui nous surprennent et nous touchent. Tous ont trouvé des façons différentes de profiter de la vie pendant qu’il leur en reste encore. Le but de l’auteur : nous inspirer et nous donner envie de goûter la vie davantage sans attendre d’être malade pour prendre conscience de ce qu’elle a à nous offrir.

Ce peut être en étant plus proche de soi, de sa famille et de ses amis; en faisant des activités que nous aimons; en se donnant de nouveaux défis; en ayant une vie plus saine ou en cultivant le plaisir et la paix intérieure. Cette lecture nous éloigne de la performance pour nous ramener aux choses simples et à l’essentiel. Cela fait du bien.

Les pages les plus marquantes portent sur le bilan d’une infirmière australienne, Bronnie Ware, qui a passé plusieurs années à s’occuper des mourants. Elle a établi un palmarès de leurs cinq grands regrets à partir de leurs confidences. La peur est à l’origine de la plupart de ces regrets. À cause d’elle, les gens disent « j’aurais donc dû »…

Voici donc les cinq grands regrets des mourants :

  • ne pas avoir eu le courage de vivre sa vie à son image et d’avoir reporté ses rêves aux calendes grecques;
  • avoir passé autant de temps à travailler;
  • ne pas avoir eu l’audace d’exprimer ses sentiments;
  • ne pas avoir mis le temps et les efforts nécessaires pour garder le lien avec les amis d’antan;
  • ne pas avoir réalisé que le bonheur est un choix et s’être contenté d’une vie moins audacieuse à cause de la peur du changement et de vieilles habitudes. 

« Confucius disait qu’on a deux vies. La deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a une seule[1]. »

 


[1] MANDEVILLE, Lucie, Malade et… heureux? Huit attitudes qui ont transformé des vies (et qui pourraient changer la vôtre), Montréal, Éditions de l’Homme, 2014, page 238.

Un commentaire pour “Peut-on être malade et heureux?”

  1. Catherine

    Je vous remercie pour ce compte-rendu fidèle au livre.

    Lucie Mandeville

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec