Portail BAnQ Nétiquette
Annotations;: Livres, musique et cinéma.

La science au temps de Harper

14 mai 2014 par Véronique Parenteau | Catégorie(s) : Essai

« La science a longtemps été considérée par le gouvernement canadien
comme un outil d’une importance cruciale pour éclairer les politiques; sous Stephen Harper,
la relation est inversée. C’est maintenant la politique qui détermine quelles seront
les preuves scientifiques utilisées pour informer le gouvernement et quels seront
les scientifiques autorisés à informer le public. » (p. 50)

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper n’est pas reconnu comme le plus grand défenseur de l’environnement (pensons seulement au retrait du Canada du protocole de Kyoto) ni comme le plus porté sur les sciences (abandon du caractère obligatoire du formulaire long pour le recensement de Statistique Canada, fermeture de plusieurs bibliothèques gouvernementales scientifiques). Pour le journaliste Chris Turner, c’est en fait une véritable guerre que Harper mène contre la science depuis son accession au pouvoir en 2006.

Page couverture de Science, on coupe!Dans son plus récent livre, Science, on coupe!, Turner démontre par de nombreux exemples que, sous Harper, une certaine idéologie politique l’emporte sur les faits, l’économie sur l’environnement. Il s’agit là d’une rupture majeure avec le gouvernement conservateur de Brian Mulroney des années 1980, alors que le Canada était un champion mondial de la protection de l’environnement. Pire, selon Turner, en basant ses décisions sur des idées politiques plutôt que sur des faits scientifiques, l’équipe de Harper s’attaque à un principe qui remonte à l’époque des Lumières : les décisions doivent reposer sur la preuve.

Sous Harper, la science ne sert plus à faire des choix éclairés, mais à plaire à l’industrie.

Quelques-unes des stratégies conservatrices illustrées par Turner :

  • Abolition de programmes et compressions budgétaires majeures touchant des organismes clés – notamment le ministère de l’Environnement, le ministère des Pêches et Océans, diverses instances de surveillance et des groupes de recherche, dont le Conseil national de recherches du Canada – réduisant ainsi leur capacité de faire convenablement leur travail de protection et de découvrir de nouveaux faits.
  • Contrôle orwellien, voire censure des communications des scientifiques du gouvernement.
  • Modifications aux lois environnementales qui ouvrent une voie royale aux pétrolières et aux gazières au détriment de certaines espèces marines fragiles, entre autres, et de la santé de la population.

Tout cela, et bien plus, a fait dire à une critique du National Post : « Science, on coupe! est un livre extrêmement important et vous devez à votre pays de le lire. »

                                  

TURNER, Chris, Science, on coupe! : chercheurs muselés et aveuglement volontaire : bienvenue au Canada de Stephen Harper, Montréal, Boréal, 2014, 226 p.
Aussi disponible en livre numérique

Version originale anglaise :
TURNER, Chris, The War on Science: Muzzled Scientists and Wilful Blindness in Stephen Harper’s Canada, Vancouver, Greystone Books, 2013, 170 p.

Laissez un commentaire




© Bibliothèque et Archives nationales du Québec